x

Willeme LC 610 Transport du cerf

Publié le 02/04/2016 à 22:33   --   Modifié le 20/10/2016 à 19:49   --   Nombre de vues : 246   --   Dernière consultation : 17/12/2018 à 06:12
Vue avant Vue arrrière Vue coté gauche Vue coté droit Vue du dessus Vue du dessous Autre vue 1 Autre vue 2

Premier de la collection, je ne connaissait pas ce poid lourd.

 

 

 

Inconnue - Semi baché - 1952

Vue avant Vue arrrière Vue coté gauche Vue coté droit Vue du dessus Vue du dessous Autre vue 1 Autre vue 2

 

 




Descriptif Willème LC 610 T


Le fabricant de camions Willème frappa un grand coup en lançant son LC 610 T, successeur du L 10 T. 
Présenté en 1952, il arborait une face avant beaucoup plus robuste, annonciatrice de meilleures prestations, d’une plus grande force et d’un nouveau style. Les pneus de 20 pouces chaussés sur des jantes démontables contribuaient également à améliorer les performances du véhicule. Grâce à une nouvelle boîte de vitesses, le LC 610 T pouvait atteindre une vitesse maximum de 75 km/h.

 

 Willeme

France

Les Etablissement Willeme de Nanterre commencèrent en 1919 par reconditionner des Class B Liberty trucks de l'armée Américaine. Willeme construit ses propres camions vers 1930.
En 1962, l'entreprise forme un groupement avec AEC pendant lequel AEC fournira les moteurs diesel.
Des problèmes financiers forcent Willeme à fermer mais une licence de construction est cédée à Perez et Raimond qui construira des tracteurs pour transport de masse indivisible jusqu'à 1000 tonnes.

 

Fondateur(s)

Louis Willeme

France (Né en 1889 - Mort en 1958)

D'une famille originaire des Ardennes, il nait près de Saint-Maur-des-Fossés où ses parents étaient restaurateurs. Le jeune Louis fréquente l'école communale et, par la suite, ne se signalera pas une passion immodérée des études... Pas plus qu'il n'est intéressé par la restauration, au grand désespoir de son père. Par contre, il acquiert (avec le sens des affaires), une connaissance très sure de la bonne cuisine et conservera toute sa vie un apétit qui fera l'émerveillement de ses amis !
  Ce qui passionne cette force de la nature, c'est la mécanique. Tourneur ajusteur hors pair, il fera la guerre 14-18 comme son ami Edouard Bernard et ne manquera jamais une occasion de se perfectionner et d'étudier. Comme lui, la voiture particulière (où de plus la concurence est vive) ne l'intéresse guère. Il croit au poids lourd.
   Revenu  à la vie civile, il s'installe tout d'abord dans un garage avenue du Roule à Neuilly, commence par réparer quelques voitures qui ont souffert à divers titres de la guerre et, dès qu'il le peut, passe au poids lourd dans lequel il entend se spécialiser. 

  On ne tarde pas à lui amener, avec quelques Berliet, du matériel des stock U.S. : White, Pierce Arrow et Liberty qu'il doit réparer. Et pour ce, il commence à s'approvisionner en pièces détachées aux surplus militaires.
  C'est à ce moment que sont mis en vente les fameux Liberty en caisses. Comme il commence à bien les connaître (et comme il commence à être connu) on lui en ammène à monter. Il devient très vite le spécialiste de ce véhicule recherché.

 

Louis Willeme

France (Né en 1889 - Mort en 1958)

D'une famille originaire des Ardennes, il nait près de Saint-Maur-des-Fossés où ses parents étaient restaurateurs. Le jeune Louis fréquente l'école communale et, par la suite, ne se signalera pas une passion immodérée des études... Pas plus qu'il n'est intéressé par la restauration, au grand désespoir de son père. Par contre, il acquiert (avec le sens des affaires), une connaissance très sure de la bonne cuisine et conservera toute sa vie un apétit qui fera l'émerveillement de ses amis !
  Ce qui passionne cette force de la nature, c'est la mécanique. Tourneur ajusteur hors pair, il fera la guerre 14-18 comme son ami Edouard Bernard et ne manquera jamais une occasion de se perfectionner et d'étudier. Comme lui, la voiture particulière (où de plus la concurence est vive) ne l'intéresse guère. Il croit au poids lourd.
   Revenu  à la vie civile, il s'installe tout d'abord dans un garage avenue du Roule à Neuilly, commence par réparer quelques voitures qui ont souffert à divers titres de la guerre et, dès qu'il le peut, passe au poids lourd dans lequel il entend se spécialiser. 

  On ne tarde pas à lui amener, avec quelques Berliet, du matériel des stock U.S. : White, Pierce Arrow et Liberty qu'il doit réparer. Et pour ce, il commence à s'approvisionner en pièces détachées aux surplus militaires.
  C'est à ce moment que sont mis en vente les fameux Liberty en caisses. Comme il commence à bien les connaître (et comme il commence à être connu) on lui en ammène à monter. Il devient très vite le spécialiste de ce véhicule recherché.

 

 

 

Fondateur(s)

Classement général

1.

2.

3.

4.

5.

Equipage

Photo de LC 610

Je le préfère comme sur cette photo sans les caches entre cabine et roues arrières.